Avec Sylvie Degrelle, nous avons pris… un cappuccino – MiNT
Écouter

Avec Sylvie Degrelle, nous avons pris… un cappuccino

Elle aura animé l’accouchement, la première mort et la résurrection de MiNT. Beaucoup d’images parlent à la place de Sylvie Degrelle, voix discrète (mais emblématique) de la radio pop rock.  Portrait de celle qui travaille à mes côtés tous les matins de l’année.

Prénom : Sylvie – Nom : Degrelle
Profession : Journaliste
Sur MiNT : du lundi au vendredi de 10 à 12h.

Pour éveiller sa curiosité, parlez-lui de Marie Curie, de Simone Veil, de Lucie Aubrac et même de Xena la Guerrière – des « femmes avec des couilles » – : Sylvie est née à Charleroi, mais a grandi dans les forêts du Sud de la Province de Namur.  Elle coupe son portable et soupire : « On écoutait les ondes longues, je crois que la vie venait de passer du noir et blanc à la couleur dans notre pays.  »

Son hésitation à nous accorder un peu de temps est palpable : « Je n’ai pas envie de parler de moi, ça n’intéresse personne. » Nous si. Nous insistons. Thé, café… cappuccino ? « Oui, on vous a bien renseigné. Avec deux p et deux c le cappuccino, sinon j’aboie ! » Le ton est donné. Sa confiance est gagnée.

La radio : une longue histoire de fascination

Ses souvenirs de petite fille se confondent, confie-t-elle, avec la voix de Max Meynier (« Les Routiers sont sympas ») sur RTL France : « Mon papa était routier. L’été, on l’accompagnait mon frère et moi. On écoutait Max. C’était une émission qui me fascinait. Son ton. Sa bienveillance. Tous les routiers parlaient de lui. C’était une icône, une sorte de saint. »

Plus tard, Sylvie cite l’arrivée de la libre antenne comme une étape dans son adolescence, au milieu des années 90 : « J’écoutais Skyrock – qui était encore une radio rock – et Fun. Laurent Petitguillaume, Manu, Super Nana, Doc et Difool. On ne savait pas très bien à quoi ils ressemblaient. On n’avait pas l’image. Il n’y avait pas de site web et pas de réseaux sociaux. On les retrouvait comme on retrouve une bande de potes. On pouvait parler de tout. C’était la révolution. »

Sur MiNT depuis… 2007

Son nom vous dit quelque chose ? Quoi de plus normal ! Elle reste l’une des premières voix des petits matins de MiNT, en 2007, dans un rôle de composition baptisé le « battement de Syl », où elle prenait un odieux plaisir à râler sur tout et tout le monde. Sa première fois en radio ? Le hasard le plus complet : « Au départ, je bossais pour la presse écrite et je me voyais déjà signer des éditos qui feraient trembler le Palais Royal et la Maison Blanche. Résultat ? j’ai présenté les infos sur… Fun Radio. » Silence médusé des mouches qui observent la pièce où nous enregistrons ces propos, façon GoPro.

De retour sur MiNT au début de l’année 2017, Sylvie déclare « avoir jubilé », après l’effet de surprise.  Sa vie répond à un jeu de hasard : « Bon, je ne suis ni Simone ni Guy Lux, mais c’est un peu comme si j’avais perdu un ami de vue pendant longtemps, puis aux retrouvailles, totalement inattendues, c’est comme si le temps n’avait pas vraiment passé, comme si la conversation n’avait jamais cessé. C’en est troublant. »

On écoute Coldplay

Aux commandes de l’actualité musicale à 10h15 et des minutes MiNT tout au long de la journée, Sylvie nous confie son top 3 du pop rock. L’hésitation est à peine perceptible, avec un avertissement : « Moi, je suis dingue de musique anglaise, britannique si possible. »

Le top 3 de Sylvie :

  1. « Fix you » de Coldplay
  2. « Bohemian Rhapsody » de Queen
  3. « Comfortably Numb » de Pink Floyd

La soirée télé idéale  

Devant la télé, avec du vin italien et Koh-Lanta . « Je vous vends du rêve, hein ? » Nous exigeons des précisions.  Elle évacue d’emblée son plaisir coupable : « J’ai vu tous les épisodes du Club Dorothée. Plus sérieusement, je n’ai pas d’émission fétiche, mais je suis dingue de magazines d’enquête. Si ça touche au médical, là c’est prière de ne pas déranger. C’est devenu comme une passion, au même titre que la musique. » Digression utile : on peut entendre Sylvie partager sa passion dans « Santé vous bien », le week-end sur Bel RTL.

Là où elle nous emmènera

En Italie, avec du vin italien évidemment : « C’est un pays qui m’hypnotise. Avec une préférence pour la côte amalfitaine. De Napoli à Salerno. En scooter, sur un voilier. Tout y est dolce, lumineux, hors du temps. »

L’évocation de cette région suffit à l’apaiser. Illustration distinguée pour vous en convaincre.

Entre les lignes

Nous lui avions demandé d’amener un livre. Et d’ouvrir ce livre à la page où des mots – ceux Dalaï-Lama en l’occurence – parlent à sa place. Elle s’exécute. Avant de prendre congé, nous y lisons :

« Si tu veux connaître quelqu’un, n’écoute pas ce qu’il dit.
Regarde ce qu’il fait. »

Retrouvez Sylvie Degrelle entre 10h et 12h du lundi au vendredi et dans les minutes MiNT tout au long de la journée.

Cedric Godart

Écouter
hack link