L’esprit pop rock (et green) de Shaka Ponk – MiNT
Écouter

L’esprit pop rock (et green) de Shaka Ponk

Les instruments de musique redoutent de passer entre leurs mains. Sur scène, les six rockeurs de Shaka Ponk épuisent batteries, micros et guitares (jusqu’à la corde).

La durée de vie du matériel n’excède pas quelques concerts, mais le groupe, fidèle à ses valeurs écolo, lui donne un second souffle. « On recycle les instruments cassés. Le décor de la prochaine tournée  (MonkAdelic Tour, NDLR) sera réalisé avec des copeaux de baguettes pour recréer une jungle », nous apprend Frah, le chanteur survolté de Shaka Ponk.

L’énergie que les musiciens français envoient sur scène impressionne et pourtant, en coulisses, on est très loin du « Sex, Drugs & Rock’n Roll ».

« Nous sommes plutôt Vegan, Travail & Rock’n Roll »  -Frah

« On a trop galéré pendant des années pour tout bâcler avec la drogue. » Les débuts, parlons-en. C’était à l’aube des années 2000. En France, les maisons de disques ne jurent que par la pop. Shaka Ponk tente sa chance à Berlin où la scène musicale est plus ouverte. Et ça marche ! Le groupe surfe sur les valeurs bouddhistes et milite pour l’égalité des espèces. Un singe fait même partie du groupe : Goz, petit guerrier de l’écologie modélisé en 3D, apparait dans chaque show et sur chaque album.

« The Evol », le 6e, lui est d’ailleurs dédié. Ce disque fait écho à la théorie de l’évolution de Charles Darwin. « Le jour où le singe a perdu ses poils, il est devenu fou », explique Frah qui ajoute que « la solution au mal se trouve dans l’anagramme de Evol : Love ».

Le studio de Shaka Ponk se trouve à quelques mètres seulement du Bataclan. On peut retrouver une trace du choc du 13 novembre 2015 dans le titre Bunker. Au total, « The Evol » compte 13 titres survitaminés qui commencent souvent en ballade pour se terminer en metal.

On retrouve aussi une collaboration étonnante avec Edouard Baer (Slam & Slam’Ed). « C’est un dieu pour nous », confie Sam, la chanteuse au treillis militaire et à la coiffure punk intimidante. 13 ans après sa naissance en Allemagne, Shaka Ponk aurait pu frôler la crise d’adolescence. Il y échappe grâce à la communication et l’hygiène de vie de ses membres.

Tous les lundis matins à 10h, c’est réunion de travail. Ils brainstorment et mettent les choses à plat.

« On ne laisse jamais pourrir une situation. On parle beaucoup. On s’engueule puis on repart sereins. »

Shaka Ponk sera en concert le 24/03/2018 à Forest National à Bruxelles.

Jessica Nibelle

Découvrez leur album « The Evol’ »

Écouter