Comme nous, vous allez adorer Tim Dup – MiNT
Écouter

Comme nous, vous allez adorer Tim Dup

Dans la chanson française, il y aura un avant et un après « Mélancolie Heureuse », premier album haute couture d’un jeune garçon tout juste sorti de l’adolescence, mais d’une maturité étourdissante. 

À 22 ans, Tim Dup est doté d’un talent – des mots, du son – hors du commun. La presse française le présente comme le Baudelaire 2.0. Elle le compare parfois aussi à Jacques Brel et Léo Ferré.  Les étiquettes sont certes flatteuses, mais la tête sous son sweatshirt à capuche, Tim Dup y accorde une importance très relative.

 « Dans 40 ans, si ma carrière se rapproche d’un centimètre de celle de Brel, on pourra esquisser une comparaison mais d’ici là, je veux prendre le temps. »
Tim Dup

Il faut le reconnaître. Les textes et l’interprétation sont brillants. Tim Dup parvient à retranscrire le quotidien et à capter notre attention pour nous emmener dans un tourbillon d’émotions. Ce qui l’inspire ? Sa génération ! Cette jeunesse qui cherche à briller alors que le monde est gris tout autour. Tim Dup exprime cette dualité dans « Mélancolie Heureuse », qui est aussi son premier album (pourquoi s’arrêter à un EP?).

Rien ne prédestinait Timothée Duperray, petit gars de Rambouillet, à faire carrière dans la musique. Ses parents ne sont pas du sérail et la rigueur du solfège l’ennuie. C’est son talent et son bagout qui l’amènent jusqu’aux studios (et aux plateaux télé).

À 18 ans, il écrit à la directrice des Trois Baudets à Pigalle pour figurer au programme. Touchée par ses mots, elle le prend à l’essai. La suite, c’est un employé d’une maison de disques qui le repère et lui fait signer un contrat quelques semaines plus tard. BrassensBrel et Gainsbourg ont poussé la porte du même cabaret plus d’un demi-siècle avant lui. Un signe ? On en reparle dans 40 ans. En attendant, arrêtez-vous sur « Mélancolie heureuse ».

Jessica Nibelle 

 

Découvrez son album « Mélancolie heureuse »

Écouter